« Place de la santé, l’Observatoire » en Bourgogne-Franche-Comté

Focus sur les restes à charge en optique, dentaire et audioprothèse par département en Bourgogne-Franche-Comté, issu de « Place de la Santé – L’Observatoire » n°1.

Alors qu’Emmanuel Macron a fixé l’objectif d’un reste à charge zéro en optique, dentaire et audioprothèse, la Mutualité Française a choisi de consacrer la 1ère édition de son Observatoire, paru en septembre 2017, à cette question du reste à charge. L’Observatoire révèle de grandes disparités entre les territoires : les Français n’ont pas les mêmes coûts de santé en fonction du département où ils habitent. Ces différences sont constatées que ce soit pour l’achat de lunettes, de prothèses dentaires ou auditives. Et les écarts peuvent être très importants, allant du simple au double pour l’achat d’une paire de lunettes de même correction.

Tous les résultats de l’Observatoire peuvent être consultés sur le site Placedelasante.

Focus en Bourgogne-Franche-Comté

La situation en matière de prix et de restes à charge sur les postes optique et soins prothétiques est relativement favorable dans les départements de la région Franche-Comté Bourgogne : sauf rares exceptions*, les restes à charge calculés sur la base de la couverture moyenne des complémentaires santé les plus souscrites, ainsi que les prix, sont un peu inférieurs aux moyennes nationales, ou très proches.

Pour l’optique, ce constat est vérifié sur les prix des verres lorsque l’on distingue les niveaux de complexité, les prix moyens calculés sur l’ensemble des verres se situant au-dessus en raison d’une population relativement plus âgée que la moyenne nationale.

Les exceptions* :

  • En optique, le prix d’un verre multifocal est en moyenne plus élevé en Côte-d’Or.
  • En dentaire, prix et reste à charge sont plus élevés en moyenne dans le Jura et dans l’Yonne.
  • En audioprothèses, les prix et les restes à charge se situent au-dessus des moyennes nationales (écart maximum en Haute-Saône), sauf dans l’Yonne.

La part des médecins qui pratiquent des tarifs maîtrisés, de secteur 1 ou adhérant à l’option pratique tarifaire maîtrisé (OPTAM), est au-dessus de la moyenne nationale sauf en Saône-et-Loire (65 % versus 67 % en France en moyenne). La valeur départementale la plus de forte est atteinte en Haute-Saône (96 %).